Retrouvez toutes les actualités de A. Legrand.

Logo A. Legrand

Qui est concerné par la photocoagulation ?

La photocoagulation par rayonnement infrarouge est envisagée uniquement après l’échec d’un traitement médical lorsque le patient souffre de saignements expliqués par des hémorroïdes internes peu évoluées.

Sans maladie hémorroïdaire

Avec maladie hémorroïdaire de grade I et II

Les hémorroïdes internes sont dites peu évoluées lorsqu’elles ne s’extériorisent pas ou s’extériorisent mais se réintègrent spontanément.

Qu’est-ce que la photocoagulation ?

C’est un traitement instrumental réalisé en consultation par voies naturelles. Habituellement, il nécessite 3 à 4 séances espacées de 3 à 4 semaines.

Ce traitement s’effectue à l’aide d’un photocoagulateur à rayonnement infrarouge. Cet instrument, à la forme d’un pistolet, permet de transformer le rayonnement émis par une lampe de tungstène, focalisée sur une tige de quartzen chaleur.

Ce geste a pour objectif de provoquer une petite brûlure au sommet des hémorroïdes. Sa cicatrisation va détruire les vaisseaux et rétracter les hémorroïdes vers le haut pour les fixer.

Ce traitement s’effectue au travers d’un anuscope, qui est un tube de 6 à 7 cm de longueur, introduit après lubrification de façon indolore et atraumatique dans l’anus du patient.

A quelles complications expose ce traitement ?

Ce traitement présente des effets secondaires fréquents mais mineurs.

Des douleurs ou des tensions peuvent apparaître après le geste et persister pendant quelques heures. Elles sont traitées avec du paracétamol.

Des saignements peuvent également survenir entre 10 et 15 jours après le traitement. Ils sont généralement provoqués par la croute de la coagulation qui tombe.

Une hémorragie plus importante peut survenir exceptionnellement en cas de la prise d’un anticoagulant ou d’un antiagrégant plaquettaire.

Quelle est l’efficacité de la photocoagulation ?

Dans 70% à 90% des cas, une amélioration, voire une disparition des saignements, est constatée dans les 3 à 6 mois après le geste. Néanmoins, les bénéfices cliniques peuvent s’atténuer avec le temps. Le geste peut être renouvelé si nécessaire.